DERNIERE MISE A JOUR : mardi 24 mai 2016 - 11h:06

« Nés libres, nous le resterons » - 11

mercredi 24 avril 2013 - 07h:04

Baladi

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


L’assassinat du résistant prisonnier Maysara Abu Hamdiyyé par les forces de l’occupation au début du mois d’avril a suscité une grande colère parmi les Palestiniens, et notamment les autres prisonniers.

JPEG - 57 ko
"Je veux mon père" - Manifestation d’enfants à Gaza, pour la libération des prisonniers palestiniens en Israël - Photo : Demotix

L’occupant s’est innocenté par un rapport médical qui affirme que le résistant Maysara est décédé des suites du cancer qui a rongé son corps ; ce que tout le monde savait d’ailleurs, mais l’occupant a ignoré, dans son rapport, qu’il a refusé de soigner ce cancer et qu’il a administré des médicaments inefficaces et même procédé à des expériences médicales, laissant le résistant mourir. C’est un nouvel assassinat que l’occupant sioniste a perpétré contre les prisonniers. Que dit la « communauté internationale », si prompte à dénoncer des crimes commis ailleurs ? Rien, puisque l’entité coloniale bénéficie de son soutien indéfectible et qu’il ne faut pas s’attendre à des mesures punitives de sa part contre les colons criminels qui occupent la Palestine depuis 1948. De nouveau, des officiels de l’AP réclament l’adhésion de la « Palestine » au Tribunal pénal international, en vue de dénoncer les crimes sionistes, comme si un tribunal sous la botte de l’ONU pouvait rendre justice aux Palestiniens. Des illusions caressées par l’AP et ses amis dans le monde, en vue de faire taire la résistance légitime.

La vie du résistant martyr Maysara Abu Hamdiyyé est un exemple de la vie des combattants palestiniens qui se sont sacrifiés pour que vivent la Palestine et les Palestiniens dans la dignité . Né en 1948, l’année de la Nakba palestinienne, il fut arrêté par l’occupation dès 1969, pour appartenance à l’Union des étudiants palestiniens. Il fut détenu « administratif » plusieurs fois jusqu’en 1975 puis refoulé de Palestine. Il rejoint les combattants dans les camps de réfugiés au Liban et fait partie de la direction de la Brigade al-Jormok, du Fateh. Il met en place la coordination militaire entre l’intérieur (Palestine) et l’extérieur (les réfugiés) pour intensifier les opérations armées contre l’occupant. Il ne peut revenir au pays après la formation de l’Autorité palestinienne, l’occupant ayant mis un veto à son retour.

Après la levée du veto sioniste à la fin des années 90, il revient au pays et fait partie des forces sécuritaires préventives, alors que sa vraie tâche consiste à former les combattants, notamment des Brigades d’al-Qassam. Arrêté en 2002, il est d’abord condamné à 7 ans de prison, puis condamné à la perpétuité lorsque l’entité coloniale le juge pour sa participation à la résistance avant les accords d’Oslo. Le résistant martyr Maysara Abu Hamdiyyé fut l’un des combattants les plus engagés dans le dialogue et l’unité entre les formations de la résistance contre l’occupation. Atteint récemment d’un cancer, l’occupant refuse de le soigner et le laisse mourir.

I - Abolir la détention « administrative »

Le résistant prisonnier Samer Issawi poursuit la grève de la faim, entamée depuis plus de 260 jours, sans que la campagne de solidarité avec sa lutte ne parvienne à le faire libérer. Son état de santé est en constante détérioration et son cœur bat de plus en plus faiblement. Malgré cela, il refuse les pressions sionistes et internationales qui s’exercent sur lui pour qu’il accepte son bannissement vers la bande de Gaza, ou même vers un Etat européen. Dans une récente lettre, il décrit les diverses pressions exercées par les services sécuritaires « qui m’entourent et qui m’attachent de 8 h du soir jusqu’à 8 h du matin. Les repas me sont servis tous les jours en signe de pression, mais je refuse et les leur rend. Ils m’ont interdit de m’asseoir près de la fenêtre, ils refusent que les rayons du soleil touchent mon corps qui s’en va. Ma bataille est celle de tout le peuple : je ne permettrai pas que l’occupant arrête à nouveau les prisonniers libérés ». Il a également affirmé qu’il ne se rendra pas aux tribunaux, puisqu’il ne reconnaît pas la légitimité des tribunaux militaires.

La bataille jusqu’au martyre menée par Samer Issawi commence à faire trembler les cercles sionistes et impérialistes. Des Etats-Unis, à l’Europe, aux Nations-Unies et même dans l’entité coloniale, des pourparlers et des pressions sont exercées afin d’éviter le martyre du résistant, devenu un symbole de la lutte pour la dignité. Certains proposent le bannissement, d’autres un geste « généreux », mais tous ces cercles de l’arrogance n’envisagent même pas la justesse des revendications des prisonniers et ne réclament pas la justice pour les prisonniers et le peuple palestinien. Samer Issawi réclame sa liberté, injustement confisquée par l’occupation.

Younes al-Hroub poursuit la grève de la faim depuis 56 jours, réclamant sa libération. Détenu « administratif », il refuse les mesures arbitraires et humiliantes de l’occupation. Il a été tranféré il y a une semaine à l’hôpital Soroka, suite à la détérioration de son état de santé. Il a été arrêté au mois de juillet 2012, et détenu sur « dossier secret ». Sa détention a été renouvelée. Il avait déjà été arrêté en 2002 et condamné à 6 ans et demi de prison. Son frère Khaled, prisonnier depuis 10 ans, menace d’entamer la grève de la faim en solidarité avec Younes.

Le prisonnier Ayman Abu Daoud a décidé le 14 avril d’entamer une grève illimité de la faim, pour protester contre son arrestation et sa condamnation dans les mêmes termes qu’avant sa libération, dans l’opération d’échange d’octobre 2011. Il avait été arrêté pour la première fois en 2004, et condamné à 36 ans de prison. Libéré dans le cadre de l’échange avec le soldat Shalit, il a été de nouveau arrêté le 13/2/2012. L’occupant a décidé de revenir à l’ancienne condamnation pour se venger des prisonniers libérés.

Le prisonnier résistant Samer el-Barq poursuit la grève de la faim depuis 44 jours, refusant la détention dite administrative. L’occupant avait fait la promesse de le libérer et de l’expulser lorsque Samer avait mené une grève de la faim il y a quelques mois, mais il n’a pas tenu parole.

Le prisonnier Mansour Mawqida a débuté une grève de la faim il y a plus de dix jours, pour protester contre la politique de négligence médicale suivie par l’occupant. Mansour est gravement malade. Il réclame des soins, pour lui et pour tous les prisonniers malades et handicapés.

2 – Libérer les prisonniers malades

Le martyre de Maysara Abu Hamdiyyé met en lumière les conditions de détention dans les prisons de l’occupation où les sionistes se vengent des résistants. Ils les rendent malades puis refusent de les soigner. Le manque de réactions de la part de la « communauté internationale » quant aux prisonniers malades, atteints de cancer et d’autres maladies graves, est un soutien à l’arrogance de l’occupant.
Les autorités de l’occupation se vengent contre les prisonniers malades. Le résistant Mohammad Mardawi (34 ans) de Arrabe, dans la province de Jénine, a été isolé dans une cellule séparée alors qu’il souffre d’une infection pulmonaire. Ses compagnons ont affirmé qu’il ne pouvait plus parler. Il y a un mois, il avait été transféré à ce qui tient lieu d’hôpital, dans la prison de Ramlé, mais juste pour un jour. Mohammad Mardawi a été arrêté en 1999, et condamné à 28 ans de prison.

Le prisonnier Nahed al-Aqraa a dû subir l’ablation de sa jambe gauche, le 2 avril 2013, par manque de soins appropriés depuis son arrestation. Nahed Al-Aqraa est âgé de 41 ans et est condamné à trois perpétuités pour résistance à l’occupation. Il demande l’ouverture de son dossier médical et accuse les autorités de l’occupation d’avoir sciemment négligé de soigner sa jambe gauche, qui était blessée. Il avait déjà perdu sa jambe droite au début de son arrestation.

Le club des prisonniers de la ville d’al-Khalil a récemment informé de la détérioration de l’état de santé du prisonnier résistant Maher Abou Rayyan, suite à la négligence intentionnelle de l’occupation. Maher a 35 ans et a été arrêté en 2003 après une longue poursuite de la part de l’occupant.

Le résistant récemment libéré Ibrahim Baroud a déclaré que les prisonniers malades vivent un vrai calvaire dans les prisons de l’occupation, et nombreux sont ceux qui assistent impuissants à leur mort lente. Ils sentent qu’ils sont visés et qu’ils risquent la mort, à cause de la négligence médicale intentionnelle pratiquée par l’occupant.

3 – Martyrs

Trois martyrs parmi les prisonniers depuis le début de l’année 2013. Leur décès est dû à la politique criminelle des sionistes, qui négligent sciemment de soigner les prisonniers et qui les prennent pour des cobayes pour leurs industries pharmaceutiques, ou par suite de la torture subie, pratiquée à présent sous la supervision d’une compagnie anglaise. Les martyrs sont : Ashraf Abu Dhrai, Arafat Jaradat et Maysara Abu Hamdiyyé.

4 – Arrestations et condamnations

Le prisonnier libéré Thaer Halahla, qui avait entamé une grève de la faim pour sa libération, a été arrêté de nouveau à Ramallah. Par crainte de l’extension du mouvement de révolte, suite à l’assassinat du combattant prisonnier Maysara Abu Hamdiyyé, l’occupant a lancé une campagne d’arrestations des membres et cadres du Jihad islamique dans plusieurs villes de la Cisjordanie. 6 membres cadres ont été arrêtés, parmi eux Thaer Halahla et Mu’tazz Ubaydu, handicapé. Mu’tazz a été maintes fois arrêté au cours de ces derniers mois puis remis en liberté.

Le prisonnier libéré, membre actif du soutien aux prisonniers, Usama Shahine, a assisté au renouvellement de sa détention administrative pour 6 mois supplémentaires. Arrêté depuis le 30 octobre 2012, il est détenu dans la prison du Naqab.

L’administration coloniale a renouvelé la détention « administrative » pour la quatrième fois de Assaad Izzidine et de son cousin Ahmad, du village Arraba dans la province de Jénine.

5 – Libération

Le résistant du mouvement du Jihad islamique, Ibrahim Baroud, a été libéré au début du mois d’avril après 28 ans de détention. Il avait été arrêté en 1986 dans la maison familiale dans le camp de Jabaliya.
Le résistant Mohammad Kanaane, membre de la direction collective de « Abnaa al-Balad », du village de Arrabe en Galilée, a été libéré le 14 avril. Il a été arrêté et détenu suite à sa participation à la journée de mobilisation du retour des réfugiés, en juin 2011, dans le Golan syrien occupé. Sa famille qui attendait sa libération prévue à 9h du matin a été surprise de savoir qu’il avait été libéré à 6h du matin et transféré à une autre prison, rien que pour empêcher l’accueil populaire et familial du résistant.
Le combattant des Saraya al-Quds (branche armée du Jihad islamique) Youssef Abu Slaysel, 31 ans, a été libéré après 9 ans de détention, pour résistance à l’occupation.

6 – Statistiques

Des statistiques ont été publiées à l’occasion de la Journée du prisonnier palestinien, le 17 avril. Les colons sionistes détiennent dans leurs prisons 4900 prisonniers, en majorité palestiniens (les autres étant de nationalité jordanienne, syrienne, égyptienne, libanaise…). Parmi eux, 235 enfants, 14 femmes dont la doyenne est Lina Jarbouni, appartenant au mouvement du Jihad islamique, 14 membres du conseil législatif palestinien, en majorité du Hamas et deux anciens ministres.
50.000 ordres militaires de détention « administrative » ont été prononcés depuis 1967, dont 23.000 depuis septembre 2000, date du début de l’Intifada al-Aqsa. 168 Palestiniens sont aujourd’hui détenus « administratifs », c’est-à-dire sans aucune charge ni raison, sinon la crainte des colons sionistes d’une révolte palestinienne. 533 prisonniers sont condamnés à la perpétuité.

1400 prisonniers souffrent de graves maladies. L’état de 170 d’entre eux nécessite des soins urgents. 16 prisonniers malades se trouvent en permanence dans ce qui tient lieu d’hôpital dans la prison de Ramlé, et 25 prisonniers sont atteints de cancer.

7 – Solidarité

A l’appel de la communauté palestinienne en Allemagne, des centaines de militants ont manifesté en solidarité avec les prisonniers palestiniens dans la ville de Dortmund, réclamant aux responsables de l’AP (Abbas et Haniyyé) de concentrer leurs efforts pour faire libérer les prisonniers.

L’association palestinienne Addameer vient de lancer sa campagne pour l’abolition de la détention administrative. Elle a mis en place un site d’information sur cette forme barbare de détention pratiquée par l’occupant : http://stopadcampaign.com.

Les services sécuritaires de l’AP poursuivent l’arrestation des militants et des prisonniers libérés, actifs dans le soutien à la lutte des prisonniers. Plusieurs militants du Jihad islamique et du Hamas ont été récemment arrêtés. Parmi eux, Hamza Abul Hayja, le fils du combattant prisonnier du Hamas, Jamal Abul Hayja, dont la maison a été investie à plusieurs reprises, et les affaires personnelles confisquées, menaçant la famille de continuer ces pratiques jusqu’à l’arrestation de Hamza. D’après les déclarations des services de l’AP, Hamza est « accusé » de soutenir la lutte des prisonniers.

Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
Partie 9
Partie 10

Diffusé par Baladi - avril 2013


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.