DERNIERE MISE A JOUR : mercredi 27 juillet 2016 - 10h:26

G. Levy : Élections au conseil syndical

samedi 26 janvier 2013 - 13h:20

Gideon Levy - Ha’aretz

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Il n’y a pas de moyen d’agir pour une justice sociale en Israël tant qu’elle est broyée jusqu’à la poussière au-delà de la Ligne verte.

PNG - 161.7 ko




Les égouts ont commencé à se boucher ces derniers temps et à déborder. On dit que c’est la voisine du 3e qui jette ses serviettes hygiéniques dans les WC, la peinture de la cage d’escalier n’est plus ce qu’elle a été, il faut repeindre, l’explosion des tuyauteries est devenue courante, il faut un plombier. Le voisin du 2e dit qu’il faudrait installer un interphone, il y a une vague de cambriolages dans le quartier. Le voisin au-dessus dit qu’il faut goudronner la toiture. La municipalité demande un local pour les poubelles. Et le lierre dans la cour a besoin d’être taillé. … Donc les habitants de l’immeuble se sont réunis et ont décidé d’élire un nouveau conseil syndical.

Le nouveau voisin à la jeep a été choisi en 2e position, il est beau, il dit shalom à tout le monde, il est poli et il a un grand sourire, c’est pour ça qu’il a été élu. La seule démocratie du Moyen-Orient est allée aux élections, le sujet était : Rien, et ils ont donné naissance à : Rien. Le premier citoyen du pays Shimon Perez est allé loin dans ses compliments : Un Etat spécial qui ne renoncera jamais à sa liberté, un Etat qui construit, qui combat et qui pense. En effet c’était de bonnes élections pour un nouveau conseil syndical. Les gens qui pensent dans « l’Etat qui ne renoncera jamais à sa liberté » veulent du jardinage, ils ont rêvé d’un interphone, et ils ont choisi le voisin poli. Même l’ancien président du conseil syndical, celui qui veillait au calme entre deux heures et quatre heures a été réélu ; les voisins qui vivent dans une négation incompréhensible ont caché à nouveau la triste vérité : l’immeuble tout entier à des fondations pourries. Ni l’ancien président du conseil syndical ni le nouveau voisin n’auront assez de courage pour s’occuper des fondations.

Si Yair Lapid avait été courageux, il aurait tenté de constituer un coalition de centre gauche, avec les arabes, et les orthodoxes. Ce n’est pas une hallucination mais à la grande surprise déjà hier il a écarté cette possibilité en aspergeant de la boue raciste : il n’y a aucune chance qu’il aille avec cette Hanin Zoabi. On doute qu’il ait le courage d’être premier ministre. Il considère peut être que le costume est trop grand pour lui. Alors pourquoi est-il allé à la politique, pourquoi n’essaierait-il pas ? Parce qu’il faut avoir beaucoup de courage pour s’occuper d’un autre but, qui est de traiter de la pourriture de la fondation de l’immeuble qui le menace d’effondrement. Quand les choses sont ainsi il ne sert à rien de s’occuper du jardinage et de l’interphone. Mais jusqu’ici Lapid a choisi de ne s’occuper que de cela. Le partage des charges et la classe moyenne.

Il n’y a pas de moyen d’agir pour une justice sociale en Israël tant qu’elle est broyée jusqu’à la poussière au-delà de la Ligne verte. On ne peut pas agir pour la classe moyenne, en ignorant la pauvreté ici et les réfugiés la bas. On ne peut pas fortifier la démocratie tant qu’elle englobe l’occupation. On ne peut pas sauvegarder le système juridique tant qu’il est basé sur la pourriture. À savoir une justice militaire scandaleuse, et une discrimination prouvée dans la justice civile. On ne peut pas soigner l’économie sans arrêter le gaspillage et l’injection de fonds dans budget militaire et l’injection scandaleuse d’argent pour les colonies. On ne peut pas améliorer la situation internationale de l’Etat sans libérer le peuple palestinien de son emprise. On ne peut pas soigner les maladies de l’Etat, sans prendre au préalable la décision principale : la fin de l’occupation. Il n’y a plus de temps pour encore un gouvernement de maintenance, qui agisse encore comme un conseil syndical. Le sort de ce gouvernement est qu’il s’évapore, l’échec du Likoud le prouve.

La majorité des Israéliens ont prouvé dans ces élections qu’ils marchent vers Rien. Vers la maintenance, la négation, et l’enfoncement de leur tête dans le sable. Benjamin Netanyahu l’a prouvé pendant son mandat. Lapid a prouvé pendant la campagne électorale qu’il n’a pas lui non plus un autre but. Il l’a encore prouvé hier (en refusant la coalition centre-gauche ndlt) « Nous sommes venus pour changer » (slogan de la campagne ndlt) ? C’est l’occasion de sa vie. Il a déjà commencé à la rater. J’ai exagéré mes espérances en lui ? C’est à cause du désespoir.



Gideon Levy : Né en 1955, à Tel-Aviv, journaliste israélien et membre de la direction du quotidien Ha’aretz, Gideon Levy dénonce inlassablement les violations commises contre
les Palestiniens 
et le recours systématique 
à une violence 
qui déshumanise 
les peuples dressés l’un contre l’autre.

Du même auteur :

- Connaître les Israéliens
- Les colons en passe de réussir une prise de contrôle hostile d’Israël
- Pourquoi les Égyptiens nous haïssent
- Obama a rejoint le Likud
- Les masses égyptiennes ne joueront pas l’alliance avec Israël
- La presse israélienne cache la vérité
- Israël soulagé de ne pas être le seul criminel de guerre
- La république juive d’Israël
- Netanyahu a raison : le monde entier est contre Israël
- Opération mini Plomb Durci

24 janvier 2013 - Ha’aretz - traduction Eyal Sivan, publiée sur Assawra


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.