16 septembre 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

Après septembre

mercredi 12 octobre 2011 - 11h:23

Khalid Amayreh - Al Ahram Weekly

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Suite au discours d’Abbas célébré à New York, les Palestiniens se demandent si le soutien international de l’ONU va les aider à obtenir la liberté et les droits nationaux, écrit Khaled Amayreh.

JPEG - 39.3 ko
Un manifestant palestinien relance une capsule de gaz, tirée par les militaires israéliens pendant une manifestation contre la construction de la colonie juive Halamish, dans le village de Nabi Saleh en Cisjordanie - Photo : AP

Pour les Palestiniens la vie retourne vite à la réalité après l’euphorie éphémère générée par le président de l’Autorité Palestinienne (AP) et son discours marquant aux Nations Unies le 23 septembre.

Les dirigeants de l’AP, qui ont été trop enthousiastes concernant la création d’un mouvement international afin d’accélérer le processus pour un état Palestinien, réalisent maintenant que la réalité est beaucoup plus complexe que celle qu’ils avaient imaginée précédemment.

Cela ne veut pas dire que les Palestiniens, y compris l’AP, regrettent d’avoir demander d’adhésion aux Nations Unies pour un Etat à venir. Loin de là, il y a un grand consensus parmi les Palestiniens selon quoi le discours d’Abbas était positif, voir impressionnant.

Cependant, il y a eu une prise de conscience qu’un discours, même éloquent, ne peut pas produire à lui seul un Etat et que la lutte, l’amertume, ainsi que des sacrifices sont toujours nécessaires afin de convaincre le monde qu’un Etat Palestinien, l’indépendance et la liberté sont bien mérités.

Pourtant secrètement, quelques membres de l’AP n’hésitent pas à exprimer leur frustration et désillusion quand au fait que les Etats-Unis et l’Europe savent déjà qu’Israël ne veut pas payer ce prix pour la paix.

D’autres officiels Palestiniens se sont démenés contre le Quartet, et ont accusé l’envoyé spécial pour le Moyen Orient, Tony Blair d’avoir une attitude biaisée en faveur d’Israël et d’être un partisan du Premier Ministre Binyamin Netanyahu.

Bassam Al-Salhi, un officiel de l’OLP qui représente le Parti du Peuple placé à gauche, a décrit Monsieur Blair comme « un employé du gouvernement Israélien plutôt qu’un représentant du Quartet ».

La semaine dernière, le Quartet, qui est composé des Etats Unis, des Nations Unis, de l’Union Européenne et de la Russie, a appelé Israël et l’AP à reprendre le dialogue. Cependant l’appel n’a pas expressément demandé à Israël de geler la construction de colonies en Cisjordanie et Jérusalem de l’Est.

Israël a accepté cet appel, quoique avec réticence, tout en réservant sa propre interprétation et compréhension, c’est-à-dire que Israël a le droit de continuer de construire et d’élargir les colonies dans le cadre de ce qui est connu en tant que « besoins naturels de croissance. » L’AP a repoussé cet argument comme étant un prétexte.

« Le monde entier soutient l’arrêt des colonies, parce que les colonies et la paix sont des lignes parallèles », a ajouté Abu Rudeinah. L’officiel de l’AP a rejeté la demande israélienne pour des « négociations sans conditions préalables » en tant que fallacieux et faux.

Entre temps, le secrétaire américain de la défense, Leon Panetta, a conseillé vivement à Abbas de reprendre les pourparlers avec Israël. Panetta est arrivé à Ramallah lundi après sa visite en Israël pendant laquelle il a évoqué le mantra traditionnel de l’engagement de sécurité des Etats-Unis vis-à-vis de la sécurité israélienne. Il n’a strictement rien dit quand au refus d’Israël de geler la construction dans les territoires palestiniens sous occupation.

En plus des tentatives d’intimidation et de persuasion pour que l’AP oublie sa fierté et retourne aux pourparlers manifestement futiles avec Israël, Panetta a informé Abbas que l’administration d’Obama faisait tout son possible afin de débloquer le transfert de 200 million de dollars d’aide à l’AP, somme qui a été bloquée il y a peu par le Congrès sous la lourde pression exercée par le puissant lobby israélien.

Plus tôt, les membres de l’AP ont rejeté et critiqué la mesure du congrès, et l’ont nommé une tentative désespérée de faire chanter le peuple palestinien et d’affaiblir leur motivation. « Si le Congrès des Etats-Unis pense que nous allons vendre nos droits fondamentaux pour 200 million de Dollars ou 200 milliards ou 200 billions, il a bien évidement tort. Laissons le Congrès garder son argent, » a dit Abbas Zaki, un des premiers dirigeants du Fatah.

Cette semaine, le secrétaire général de la Ligue Arabe, Nabil El-Arabi, a confirmé que des Nations Arabes proposeront une aide financière à l’AP qui remplacera l’aide des Etats Unis menacée d’être bloquée. « Les Arabes vont aider l’Autorité Palestinienne. Ce sera la meilleure réponse au Congrès des Etats-Unis, » aurait dit Al-Arabi lors d’une réunion avec Saeb Ereikat, membre de l’AP, au Caire ce dimanche.

Heureusement, le discours sur l’aide financière arabe imminente en faveur de l’AP a prouvé être plus que de la rhétorique, comme cela l’a souvent été auparavant. Cette semaine, un paiement généreux de soutien a permis à l’AP de payer la totalité des salaires de plus de 130 000 fonctionnaires, ce qui a évité pour au moins un mois de plus la crise qui menace.

Des sources diplomates au Caire ont laissé entendre que plusieurs capitales arabes sont de plus en plus déçues par le Congrès de s’être mêlé aux affaires internes arabes afin de promouvoir et servir les intérêts d’Israël. Un diplomate du Golfe a dit : « Il semblerait que le Congrès n’a aucune idée de la signification du printemps Arabe. »

Du même auteur :

- A Abbas : ne bougez pas face aux pressions américaines - 29 septembre 2011
- Le sionisme criminel va provoquer une catastrophe durable pour les juifs - 22 août 2011
- L’Égypte renouvelle ses efforts de médiation entre Palestiniens - 8 août 2011
- Israël névrosé, Israël psychotique - 12 juillet 2011
- Netanyahu exige du Hamas la libération de Shalit, et ignore le sort de 6000 Palestiniens prisonniers - 16 juin 2011
- Les Palestiniens réaffirment le droit au retour - 6 juin 2011
- Le régime syrien doit céder la place... et tout de suite ! - 5 juin 2011

6 octobre 2011 - Al Ahram Weekly - Vous pouvez consulter cet article à :
http://weekly.ahram.org.eg/2011/106...
Traduction de l’anglais : ForAGoodCause


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.