DERNIERE MISE A JOUR : lundi 29 août 2016 - 16h:35

Alice Walker : la Flottille de la liberté pour Gaza et le combat pour la justice

mardi 21 juin 2011 - 07h:10

Ali Abunimah - E.I

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La célèbre écrivaine et poétesse états-unienne, Alice Walker, sera, à la fin de ce mois de juin, parmi les 38 personnes à bord de l’Audacity of Hope, le navire de l’organisation US Boat to Gaza qui participe à l’action internationale pour à briser le siège maritime de la bande de Gaza par Israël.

JPEG - 20 ko
Alice Walker intervenant à Ramallah, Cisjordanie occupée.
(Photo : Lazar Simeonov/TEDxRamallah)




Dans sa conversation avec Ali Abunimah, Walker fait part de ses réflexions à la veille du départ et de la relation entre la Flottille de la liberté pour Gaza et les
Freedom Rides (Voyages de la Liberté) (*) pendant le mouvement pour les Droits civiques aux États-Unis, où des Noirs et des Blancs américains montèrent ensemble à bord d’autocars inter-États pour faire abolir les lois promouvant la ségrégation raciale. Les Freedom Riders (Voyageurs de la liberté) avaient rencontré une extrême violence, entre autres des incendies de cars, des tentatives de lynchages, de la prison et des tortures.

Walker - qui a écrit plus de trente livres, son livre phare étant The Color Purple (La Couleur pourpre -1982, prix Pulitzer 1983) - réfléchit aussi sur sa récente visite en Cisjordanie occupée, sur le rôle de la danse et de la joie dans le combat pour la liberté, et sur la situation aux États-Unis. Son dernier livre, un mémoire, est intitulé The Chicken Chronicles (Chroniques d’un poulet).

Alice Walker, sur Wikipédia


Ali Abunimah : Que ressentez-vous à propos de votre embarquement sur le navire US pour Gaza ? Etes-vous enthousiaste, avez-vous des craintes ? Quelles sont vos pensées à cet instant ?

Alice Walker : Je réfléchis beaucoup. Parce qu’on nous a dit que ce pourrait être un voyage très dangereux. Et aussi, je me plonge dans la sagesse, les idées et les mots de ceux qui, dans ma culture, nous ont soutenus à travers d’autres voyages dangereux. Langston Hughes, Malcom X, Martin Luther King et Ella Baker, Fanny Lou Hamer, Black Elk, Geronimo, Crazy Horse, Ida B. Wells, Sojourner Truth, Bob Marley. Cela me fait du bien de me sentir entourée par tous ces gens qui ont compris l’empire américain et qui se sont levés contre lui.

AA : Vous avez fait le lien avec les Freedom Rides qui ont eu lieu il y a cinquante ans, en 1961. Pouvez-vous nous en parler ?

AW : Oui, cela veut dire que nous sommes en train de prendre la relève pour partir là où dans le monde, des peuples ont besoin de nous, et où nos gouvernements ne servent à rien sinon, en réalité qu’à détruire.

Juste avant ma première année de collège, les Freedom Riders sont descendus dans le Sud ; j’habitais la Géorgie où nous subissions une intense ségrégation dont les Blancs convaincus de leur suprématie raciale pensaient, avec bien des Noirs aussi, qu’elle allait durer toujours. Ils étaient devenus extrêmement sûrs d’eux après une centaine d’années de brutalité et d’assujettissement du peuple noir ; et quand les Freedom Riders sont descendus, nous ne nous attendions pas à ce qu’ils survivent.

Tout comme nous ne nous attendions pas à ce que Martin Luther King Jr vive aussi longtemps. Mais nous leur étions très reconnaissants parce qu’au moins, cela nous assurait que quelqu’un, en dehors de notre communauté, s’opposait à la répression que nous endurions chaque jour et cela voulait dire beaucoup pour nous. Cela nous a remonté le moral, cela nous a donné du courage, nous a donné de l’espoir.

AA : J’ai lu récemment sur les Freedom Riders et j’ai été surpris par le si peu de couverture que cet anniversaire a obtenue dans certains de nos grands médias. Peut-être n’aurais-je pas dû être si surpris. Mais l’une des choses qui m’a frappé, c’est d’apprendre que l’Administration Kennedy à l’époque n’était pas favorable aux Freedom Riders, disant que c’était des provocateurs et qu’ils devraient s’abstenir d’agir comme ils le faisaient. Et cela m’a frappé car c’était presque le parallèle avec ce qui se passe aujourd’hui.

AW : Et je pense que c’est ce que nous avons ressenti. Le gouvernement n’a jamais dit, « Oh oui, sortez et manifestez ». Il n’a jamais dit cela. Il a toujours dit, « Nous ne vous soutiendrons pas, et vous ne devez pas le faire, et c’est une erreur, et c’est mauvais, et ce n’est pas bon pour vous ». Mais c’est justement pour cela que vous manifestez. Vous décidez que vous savez vous-même quoi penser sur ce qui est bien pour vous, et vous y allez, et vous le faites.

AA : Certains des - appelons-les les Voyageurs de la liberté pour Gaza - ont écrit ou prévu d’écrire aux membres du Congrès ou au Département d’État pour les informer qu’ils envisageaient de participer à ce voyage. Avez-vous prévu de le faire, ou l’avez-vous déjà fait ?

AW : J’ai écrit aux sénatrices Barbara Boxer et Diane Feinstein - toutes deux Démocrates en Californie - et à Barbara Lee, membre de la Chambre des Représentants, qui sont mes représentantes, pour leur faire savoir ce qui se passait et leur demander leur soutien, et quelle protection elles pouvaient offrir.

Mais je l’ai fait parce qu’il m’avait été demandé de le faire et que cela m’a paru être une bonne idée. Mais je ne prétends pas croire qu’elles seront toutes efficaces. J’aimerais bien, mais je pense qu’à un moment donné, dans toutes ces aventures, vous prenez conscience qu’il faut vous prendre en charge vous-même, que c’est quelque chose que vous sentez devoir faire, parce que c’est le devoir du monde de le faire, et que c’est un moyen pour que nos enfants cessent d’être tourmentés et déformés par la brutalité qu’ils voient infliger à d’autres enfants, comme eux, partout dans le monde.

AA : Ces dernières semaines, nous avons vu un certain nombre de manifestations de réfugiés palestiniens marcher sur les frontières de la Palestine contrôlées par Israël et des gens se faire abattre par Israël. Les Israéliens ont déclaré qu’ils se préparaient à arrêter la flottille. Il a été déployé de gros efforts diplomatiques pour tenter de persuader les organisateurs de la flottille de ne pas partir. A votre avis, que va-t-il arriver ? Comment pouvons-nous faire monter les consciences au point de mobiliser ce même soutien pour la flottille et son objectif de lever le blocus ?

AW : Je pense que nous avons affaire à des gens d’un haut niveau d’irrationalité, pour le dire vraiment gentiment. Aussi rien ne laisse supposer vraiment que nous puissions faire quelque chose pour qu’ils arrêtent de faire ce qu’ils font depuis soixante ans.

La réalité, c’est que nous avons affaire à des gens très brutaux ; des gens endoctrinés sur une longue période. Et à une armée qui est manifestement insensible à la souffrance des autres. C’est une réalité. Aussi, ce serait génial si à The Electronic Intifada, vous faisiez tout votre possible, vous savez, et si d’autres médias animés par des gens de conscience criaient haro sur eux.

Mais en fin de compte, je pense que nous tous qui nous sommes engagés à être à bord du bateau, nous devons nous interroger au fond de nous-mêmes, comme l’a fait Martin Luther King Jr en son temps, alors qu’il était en prison en Alabama, et qu’il écrivit sa Lettre d’une prison de Birmingham.

Il n’avait aucun moyen de savoir ce qui allait lui arriver, car normalement, il aurait dû être sorti de sa prison en plein milieu de la nuit et frappé à mort ou lynché ou pendu à un arbre. Il lui a fallu, de lui-même, admettre que cela était très possible.

Aussi, ceux qui vont être sur ces navires, je l’espère, vont utiliser ces derniers jours - en espérant que ce ne soient pas les derniers des derniers mais les derniers seulement avant le voyage - pour décider si cela en vaut la peine : que s’ils ont à perdre la vie, s’ils ont à souffrir d’une affreuse façon, eh bien, ils sont prêts. Ils sont prêts comme ils ne le seront jamais.

Une façon de penser qui me plaît par exemple c’est qu’une tornade peut survenir et m’aspirer hors de ma voiture. Que quelqu’un peut être enlevé par une inondation subite. Qu’un tsunami peut vous noyer pendant votre sommeil. Qu’un incendie peut réduire en cendres toute votre communauté. Ce sont toutes des façons réelles de sortir de l’existence. Vous pouvez aussi mourir dans les souffrances d’un cancer.

Donc, il s’agit d’une façon de voir réaliste, car nous entrons dans une conjoncture où vous ne pouvez pas savoir ce qui va arriver.

Et c’est pourquoi je me plonge dans ce qu’on dit ceux qui, avant moi, ont connu la même situation et qui ont décidé : « Eh bien, j’aime ce monde. "Je l’aime". J’aime ces petits enfants. Ils ne méritent pas ce qui leur arrive. Ils ne méritent pas d’être maltraités ; ils ne méritent pas d’être effrayés. Je suis un adulte. Je suis un aîné. Donc, comment pourrais-je laisser faire ce qui leur arrive, ne pas résister d’une quelconque façon ? ».

AA : Ce ne sera pas la première fois que vous tentez d’aller en Palestine, ou même que vous vous rendez en Palestine. Vous êtes allée déjà à Gaza et vous avez écrit un petit livre extrêmement beau, Overcoming Speechlessness (Surmonter le mutisme). Nous avons eu l’occasion d’en publier des extraits sur The Electronic Intifada avant sa publication. Et vous êtes allée récemment en Cisjordanie. Qu’avez-vous vécu en Cisjordanie ?

AW : Eh bien, le mur. Le mur. Quand j’ai vu des extraits du discours de Netanyahu devant les sénateurs et le Congrès, vu les gens applaudir le Premier ministre israélien, je me suis simplement demandé s’ils s’étaient déjà tenus dans l’ombre de ce mur.

Ce mur est une telle insulte à l’âme de l’humanité. Il est si énorme. Il est si menaçant. Et ils le construisent sous les yeux des gens, leur volant leur terre par la même occasion ; de sorte que non seulement ils emmurent une population, mais ils lui prennent sa terre et ils tirent sur les gens quand ils tentent d’aller travailler sur leur terre afin d’avoir quelque chose à manger.

C’est un tel crime contre l’âme de l’humanité. Nous ne pouvons pas supporter cela. Quels êtres humains serions-nous si nous arrivions à supporter cela ? Nous ne pouvons pas le supporter. Et nous ne devons pas. Ce fut l’une de mes impressions les plus incroyables, juste l’énormité du mur, comment cela peut-il exister.

Et il y a autre chose, les colonies. Les colonies sont énormes. Elles ne ressemblent en rien à ce à quoi je m’attendais. Et il y en a partout, partout ! Et j’ai réalisé que tout cette longue fiction, cette comédie appelée processus de paix, n’était qu’une diversion, un théâtre d’ombres, de façon à ce que les gens ne se rendent pas compte qu’il n’y aura jamais aucune paix.

Et c’est toujours pour leur prendre leur terre. La religion n’a rien à voir avec cela ; ou alors, utilisée comme un prétexte. A un certain degré, je connaissais tout cela, mais de le voir, cela a été vraiment une découverte !. Et cela a toujours été comme cela, depuis le tout début.

Pour le côté positif, j’ai aimé être avec ce que je considérais être ma tribu. Partout dans le monde vous avez une tribu, eh bien pour moi, ce sont les poètes et les écrivains, et les musiciens et les danseurs, et les gens qui, vous le savez, veulent jouir de cette planète. La planète est là pour qu’on en jouisse. Ce n’est pas en la bombardant ni en la martyrisant ni en la forçant à faire ce que vous voulez.

AA : Il y a une belle scène dans Overcoming Speechlessness , quand vous décrivez la danse à Gaza. Vous parlez de façon très éloquente du rôle la danse.

AW : Oui, c’est juste que nous ne devons jamais oublier la vivacité et l’allégresse de ce monde, son naturel pour la danse, quand il est libre de les manifester lui-même. C’est important pour montrer aux enfants qu’ils n’ont pas à continuer à vivre indéfiniment dans la peur, et que notre planète est vraiment gracieuse, et belle.

Quand nous circulions en Cisjordanie, on nous montrait tous ces terrains où les Israéliens avaient arraché des oliviers. Il y avait des hectares et des hectares de souches calcinées. J’en ai pleuré parce que ces arbres étaient innocents ; tout ce qu’ils avaient fait c’était d’être là, à nous donner ce qu’ils avaient : nous tirions un profit de leur existence, et que quelqu’un ait pu en arracher, ne serait-ce qu’un seul, sans en être désolé est pénible.

Alors, en arracher deux millions et demi ! Je déteste croire qu’une âme puisse ne serait-ce que penser que cela n’est rien. Qui cela peut-il être ? La Terre est pour la joie, et la danse en est une grande part. Et vous dansez avec la nature. La nature danse toujours. Si vous n’êtes pas en train de la harceler, de la tuer ou de la mutiler, la nature danse. C’est ce que font les feuilles quand le vent souffle entre elles. Nous vivons dans un univers magique magnifique. Et l’abîmer simplement en croyant que nous pourrions à un moment aller au paradis ou trouver une autre planète, est ridicule.

AA : Vous avez fait le lien entre le combat pour la justice et la liberté en Palestine, et les Freedom Riders, et vous vous êtes souvent exprimée sur l’importance de ce lien entre ces combats. Pouvez-vous nous faire part de la façon dont vous voyez la situation aux États-Unis actuellement. Quelle est notre situation ? Pour quoi combattons-nous ici ? Contre quoi nous sommes-nous levés ? Que sommes-nous censés faire ? Nous avons une élection qui va arriver, et je ne vous demande pas nécessairement ce que vous pensez à propos de cette élection, mais n’est-elle pas supposée être un moment politique fort ? Nous battons-nous ici pour les bonnes causes ?

AW : Je crois que nous devrions travailler à approfondir et à faire prendre conscience de ce que nous voyons s’épanouir dans le Wisconsin et l’Ohio, dans certaines luttes du mouvement syndical. La lutte pour avoir des syndicats et une représentation, pour l’emploi, les salaires et les avantages.

Mais la sensibilisation doit porter également sur ce que nous avons pratiquement perdu dans notre pays et auquel nous devrions penser non seulement pour sauver la démocratie, mais le pays lui-même. Sur une protection véritable de la Terre, de notre sol ravagé par les forages pétroliers et gaziers, les mines de charbon et tous ces autres travaux invasifs pour le profit. Il faudra des millions d’années avant que nous retrouvions notre sol arable. Bien avant de retrouver l’eau pure que nous avons l’habitude d’avoir partout en abondance.

L’élection qui arrive, je pense qu’elle sera indécente si elle exige un milliard de dollars, rien que pour les Démocrates, pour réélire le président. Si j’étais le Président Obama, je parlerais à la nation, et je lui dirais : Vous savez quoi ? Je n’ai pas eu le temps d’amasser l’argent pour la réélection. Si vous me voulez encore, c’est à vous de me rappeler. Je suis trop occupé à travailler sur les nombreux problèmes de l’Amérique. Le logement, les guerres, les catastrophes économiques, le changement de climat, les tornades, etc. Oui, c’est cela que je ferais. Je ne passerais pas un seul jour ni cent, à essayer de me faire réélire. Cette position nous forcerait, nous les Américains, à nous prendre en charge et je pense que nous en sommes capables.

Je crois que quand on en arrive à avoir besoin de tant d’argent pour une élection, rien ne peut plus vous faire croire que vous êtes en démocratie. Parce qu’un pauvre, ou même quelqu’un de la classe moyenne, n’a guère l’occasion d’entreprendre quoi que ce soit, sans une injection massive de l’argent des grosses sociétés, comme nous voyons que cela se passe. Je pense donc que beaucoup d’entre nous se sentent complètement abandonnés. Nous avions espéré beaucoup mieux d’Obama, même si nous comprenons que ce n’est qu’une simple personne et qu’il a été aspiré par une machine implacable dans ses exigences et ce qu’elle entend faire sur la planète. Mais il va nous manquer. Nous regretterons l’espoir que nous avons eu et le sentiment d’avoir quelqu’un qui pouvait, réellement, se soucier de nous. C’est un moment intéressant pour moi aussi, personnellement. Mon affection et ma compassion pour Obama et sa famille sont inconditionnels, mais pas mon soutien pour sa carrière politique.

J’ai été très troublée par son discours devant l’AIPAC (Comité aux Affaires publiques israélo-américaines), il n’a pas parlé des enfants palestiniens. Il n’a pas parlé des enfants musulmans. Et, vous savez, j’aime tous les enfants. Je me dis, en fait, que je ne peux pas, et je n’ai jamais pu, distinguer un enfant juif d’un enfant musulman. C’est inquiétant à un niveau très, très, profond. Qu’est-ce que cela veut dire de choisir un enfant plutôt qu’un autre ? Non seulement cela, mais je porte aussi toujours dans mon c ?ur l’image de l’enfant palestinien, en général un tout petit garçon, lançant une pierre sur un char d’assaut israélien qui doit lui paraître plus haut qu’un autobus à impériale et qui aurait pu démolir la maison de sa famille, avec certains des siens à l’intérieur.

Qui se tient au côté de ce petit garçon ? Sommes-nous censés l’ignorer, ignorer son courage et sa douleur ? refuser de voir à quel point il est digne d’admiration et de compassion ? Je ne le peux pas.

AA : En vous écoutant, il me vient à l’esprit à quel point beaucoup des choses qui sont dites sur ceux qui agissent pour la justice en Palestine, tant par l’État israélien que par certains de ses partisans dans notre pays, à quel point ces choses sont diffamatoires, et cruelles, et malavisées. Et dénuées d’empathie. Est-ce que cela vous arrive aussi ? Ne craignez-vous pas d’être qualifiée de toutes sortes de noms pour entreprendre ce voyage, là où il conduit ?

AW : Eh bien oui, j’ai été qualifiée de certaines choses déjà. Nous sommes dans le Sud - je remercie Dieu pour ma culture dans le Sud, dans le Sud noir -, l’une de nos expressions courantes quand nous abordons un mot affreux par lequel on a été appelé est « On m’a traité de tout sauf d’enfant de Dieu ». Et cela nous protège. J’ai été traitée de tout sauf d’enfant de Dieu. Et enfant de Dieu, c’est ce que je suis. Et c’est à peu près ma situation.

Mon Dieu n’est pas un Dieu religieux. Mon Dieu, c’est la nature, mon Dieu c’est tout ce qui est. C’est cela Dieu. Tout est Dieu. Je suis un enfant de cela. Et ainsi les gens se sentiront libres d’exprimer cependant leur lien avec moi, ce qui pourrait bien être plus la façon dont ils se voient eux-mêmes, que celle dont je les vois. Car comme je sais que je suis un enfant de Dieu, je sais qu’ils le sont aussi, quelle que soit la folie dans laquelle ils peuvent s’être engagés.

AA : Je sais que beaucoup de gens retirent inspiration et espoir de la décision que vous avez prise et de votre volonté d’entreprendre ce voyage. Et vous allez, et tous ceux qui seront avec vous sur le bateau américain, et sur les autres bateaux, emmener avec vous leur affection et leur soutien.

AW : Eh bien, il y a toujours quelque chose à faire pour les gens dans ce pays. Aussi longtemps qu’ils remplissent leurs engagements dans notre responsabilité mutuelle et qu’ils sont fidèles à ce qu’ils doivent faire, alors nous avons une chance.

AA : Je vous remercie beaucoup, Alice.

(*) Voir aussi :

- Des bateaux pour Gaza - La "Freedom Ride" d’aujourd’hui
- Freedom Ride sur Wikipédia

* Ali Abunimah est l’auteur de One Country, A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict. Il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada et consultant politique auprès de Al-Shabaka, The Palestinian Policy Network.

Autres articles d’Ali Abunimah :

- « Réconciliation » de façade en Palestine
- Reconnaître la Palestine ?
- Une autre guerre contre Gaza ?
- Vers un « moment Moubarak » en Palestine
- La révolution continue après la chute de Moubarak
- Le soulèvement en Égypte et ses implications pour la cause palestinienne
- Le massacre de Gaza et la lutte pour la justice
- Israël pense que nous sommes « très forts » ... Alors aidez-nous à le rester.

17 juin 2011 - The Electronic Intifada - traduction : JPP


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.